Dernière mise à jour le 11.06.2018
gaz & électricité

Coopération

Depuis 2017, la CRE intensifie sa stratégie visant à renforcer significativement sa coopération avec des États tiers à l’Union européenne.

Quels partenaires ?

La CRE, forte de ses 18 années d’existence et de son positionnement sur la scène européenne, s'engage dans des programmes de coopération avec des régulateurs étrangers, ou des ministères étrangers qui souhaitent mettre en place un régulateur, et, plus largement, avec des États désireux d'entreprendre des réformes dans le secteur de l’électricité et du gaz pour mettre en place un marché concurrentiel.

Si les régulateurs ou institutions étrangères sont toujours les bénéficiaires finaux de cette coopération, il peut arriver que des bailleurs de fonds français ou des institutions européennes sollicitent l’appui de la CRE. La CRE intervient aussi parfois de pair avec un autre régulateur membre de l’Union européenne pour fournir des expertises combinées. 

Quelle approche de coopération ?

Pour la CRE, une coopération fructueuse repose sur une connaissance approfondie des problématiques de régulation et sur une bonne compréhension de la situation et des besoins du pays concerné. 

Elle construit donc ses offres de coopération en croisant expérience et diagnostic, et en privilégiant la qualité du dialogue et la création d’un climat de confiance basé sur sa neutralité et son indépendance. L’échange d’expérience et de bonnes pratiques est au cœur de ses missions internationales. La coopération internationale est ainsi un moyen de se confronter à d'autres modèles régulatoires et à d'autres problématiques d’encadrement du marché et d'alimenter la réflexion européenne et française.

Quelles formes de coopération ?

Toujours définie en lien avec son partenaire, l’offre de coopération de la CRE passe par : 

  • des visites d’étude en France, avec l'accueil de membres d’une autorité étrangère dans les locaux de la CRE. En 2017, la CRE a reçu plusieurs délégations japonaises, une délégation arménienne et une délégation burkinabé ;
  • des missions d’expertise de la CRE sur le terrain pour diagnostiquer et proposer des solutions afin de résoudre une problématique liée au secteur de l’énergie et à l’organisation des marchés et des réseaux dans les pays qui en font la demande ;
  • des jumelages entre autorités. Financés par l'Union européenne en soutien de sa politique de voisinage et généralement conclus pour deux ans, les contrats de jumelage nécessitent un engagement fort des deux parties, sur place comme à distance, et constituent l’une des formes les plus abouties de coopération internationale. La CRE a été sélectionnée en 2017 pour intervenir au Maroc aux côtés du ministère de la Transition écologique et solidaire dans le cadre du jumelage « Appui au renforcement du secteur de l’énergie ».