Dernière mise à jour le 12.06.2018
electricité

Autoconsommation

L’autoconsommation est la possibilité pour un consommateur de produire lui-même tout ou partie de sa consommation d’électricité.

On distingue :

  • l’autoconsommation individuelle, où le consommateur produit lui-même l’électricité qu’il consomme ;
  • l’autoconsommation collective, où plusieurs consommateurs s’associent avec un ou plusieurs producteurs pour échanger de l’électricité. 

 

Le développement de l'autoconsommation

Les transformations techniques, économiques et réglementaires actuelles conduisent au développement de nouveaux modèles locaux, à la maille d’un individu ou d’une collectivité. Le développement de l’autoconsommation est ainsi favorisé : 

  • par les progrès technologiques qui accroissent la rentabilité de l’autoconsommation (baisse des coûts des panneaux photovoltaïques et de leur installation, hausse de leur performance, baisse des coûts des stockages et des outils de pilotage de la consommation, etc.) ;
  • par la volonté croissante des utilisateurs de devenir responsables de leur consommation, notamment en favorisant la production locale et les circuits courts et en essayant de piloter et, éventuellement, de réduire leur consommation ;
  • par des tarifs de détail élevés : dans les pays où les tarifs de détail sont moindres, comme la France, l’autoconsommation peut aussi être perçue comme un moyen de se prémunir d’un risque d’augmentation future du prix de l’électricité ;
  • par les pouvoirs publics qui encouragent le développement de cette pratique : la loi du 24 février 2017 ratifiant l’ordonnance du 27 juillet 2016 reconnait et encadre l’autoconsommation. En outre, les autoconsommateurs peuvent bénéficier des dispositifs de soutien aux énergies renouvelables (tarif d’achat et appels d’offres notamment).

Toutes ces conditions permettent le développement en France d’une filière d’autoconsommation, encore peu importante, mais en forte croissance

Consulter le site autoconsommation.cre.fr

 

La CRE et l’autoconsommation

La juste prise en compte de l’autoconsommation dans les tarifs des réseaux par la CRE

L'impact de l’autoconsommation sur le réseau diffère selon qu'elle est individuelle ou collective. En effet, dans le cas de l'autoconsommation individuelle, l’énergie autoconsommée ne transite pas par le réseau public, contrairement au cas de l’autoconsommation collective. 

Pour les autoconsommateurs individuels, rien ne justifie aujourd’hui économiquement une composante de soutirage spécifique, différente de celle des autres consommateurs. 

Le TURPE prend néanmoins en compte le développement de l’autoconsommation, comme tout nouveau type d’utilisation du réseau. La CRE s’assure en effet de l’efficacité et de la robustesse des tarifs pour que la modification des comportements, donc des coûts de réseau générés, amène à une évolution de facture cohérente, quel que soit l’usage de l’électricité. 

Pour l’autoconsommation collective, l’enjeu principal est la valorisation ou non de certains flux transitant par la basse tension. L’autoconsommation collective peut, si elle est correctement dimensionnée et encadrée, présenter une valeur pour le système électrique. 

La CRE a donc mis en place un nouveau tarif, cohérent avec les effets des consommations sur le réseau : il distingue les flux transitant par la basse tension, des flux transitant aussi par la haute tension auxquels des tarifs différents sont appliqués (les consommateurs classiques paient les coûts engendrés par un flux moyen)

Les autoconsommateurs individuels et collectifs se voient appliquer une composante de gestion spécifique qui reflète les coûts liés à leur gestion plus complexe.

Les recommandations de la CRE sur l’autoconsommation

La CRE a présenté ses recommandations et orientations sur les sujets liés à l’autoconsommation dans sa délibération du 15 février 2018

Ses recommandations et orientations relatives aux dispositifs de soutien et au cadre contractuel visent respectivement à:

  • permettre un développement optimal, simplifié et maîtrisé de l’autoconsommation d’énergie renouvelable pour atteindre les objectifs de la transition énergétique au meilleur coût pour la collectivité,
  • garantir le respect des règles indispensables à la sécurité et au bon fonctionnement du système électrique.