30.06.2022
gaz & électricité

Mission de coopération entre la CRE et les régulateurs nigérien et ivoirien à Abidjan

Cette mission a été organisée au croisement de deux coopérations distinctes à savoir, d’une part la coopération entre la CRE, le régulateur nigérien (ARSE) et l’Agence française de développement (AFD) initiée en 2021 et, d’autre part, une coopération plus récente avec l’ANARE-CI, le régulateur ivoirien qui a signé en mars 2022 un accord avec la CRE. Dans sa phase de montée progressive en compétence, le régulateur nigérien avait formulé le souhait de pouvoir, en plus des échanges organisés avec la CRE, bénéficier grâce au partenariat financé par l’AFD d’échanges avec des régulateurs plus proches de la réalité du Niger. C’est dans ce cadre que cette mission associant 3 régulateurs avec des stades de maturité différents a été élaborée.

Les échanges croisés entre membres du réseau francophone des régulateurs RegulaE.fr ont porté sur les thématiques suivantes : le contrôle des opérateurs, l’intégration régionale, l’organisation interne, la protection des consommateurs et la communication avec les parties prenantes.

Il existe aujourd’hui de fortes disparités en termes d’accès à l’électricité entre le Niger et la Côte d’Ivoire, 12% de la population ayant accès à l’électricité au Niger contre 74% en Côte d’Ivoire. De ce fait, les systèmes électriques des deux pays ne présentent pas le même degré de maturité et le cas ivoirien est vu comme exemplaire par Niamey sur l’ensemble des différents aspects traités lors de la formation. Le régulateur ivoirien s’est quant à lui beaucoup intéressé à la manière dont la CRE procédait au contrôle des entreprises régulées ainsi qu’à son organisation interne, l’ANARE-CI cherchant à optimiser son fonctionnement en s’inspirant de l’exemple de la CRE.

Il est ressorti des échanges une convergence entre l’ARSE et l’ANARE-CI sur la nécessité de continuer à bâtir un système régional d’échange d’électricité entre les pays membres de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). De l’avis des deux régulateurs africains, il faut en particulier mettre l’accent sur la sécurisation des paiements.

Sur le volet protection des consommateurs, la mission a permis de riches échanges entre l’ANARE-CI et l’ARSE qui dédient tous deux une forte proportion de leurs ressources humaines et matérielles à l’information des consommateurs (ce qui se traduit par exemple par la mise en place par le régulateur ivoirien d’une ligne téléphonique verte) et au règlement des litiges entre les compagnies nationales et les usagers. Ce volet protection des consommateurs est d’ailleurs important pour l’un et l’autre des régulateurs vis-à-vis des consommateurs.

Au terme de la mission, l’ARSE a marqué sa volonté d’approfondir le dialogue avec la Côte d’Ivoire et d’organiser de nouveaux échanges avec l’ANARE-CI.