Dernière mise à jour le 12.06.2018
gaz & électricité

Présentation des réseaux intelligents

Hausse de la production décentralisée d’électricité et de gaz liée à l’essor des énergies renouvelables, apparition de nouveaux usages (pompes à chaleur, véhicules électriques, autoconsommation, etc.), objectifs de baisse des émissions de gaz à effet de serre, etc. : le paysage énergétique connaît de profondes évolutions.
Relever ces défis et réussir la transition énergétique au meilleur coût nécessite de rendre les réseaux d’énergie plus flexibles et plus intelligents.

Des réseaux plus flexibles, plus intelligents, plus SMART

L'intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour de nouveaux usages

Un réseau intelligent (smart grid) intègre les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour développer une multitude de nouveaux usages. Rendre les réseaux plus intelligents en les équipant de NTIC, c’est, in fine, améliorer la fourniture d’énergie :

  • pour les opérateurs de réseaux, les smart grids rendent le réseau plus adaptable ce qui augmente la résilience du système électrique, optimise le niveau de fiabilité et de qualité de l’alimentation de l’électricité et facilite l’insertion dans les réseaux de nouveaux moyens de production d’énergie, en particulier d’origine renouvelable (éolien, solaire) qui sont à la fois intermittents et décentralisés ;
  •  pour les consommateurs, les smart grids en font de vrais acteurs du système énergétique, des « consomm’acteurs ». Avec les réseaux intelligents, ils peuvent suivre leur consommation en temps réel et, le cas échéant, la maîtriser et modifier leur comportement en jouant un rôle actif dans l’exploitation du système électrique.

Découvrez notre module pédagogique consacré aux smart grids

 

Le pilotage de la consommation

Jusque récemment, l’équilibre du système énergétique était principalement obtenu en pilotant l’offre d’énergie (la production) en fonction de la demande (la consommation), aux meilleures conditions d’approvisionnement et de coûts. 

Avec les smart grids, il devient possible d’adapter la consommation à la production, d’où le rôle essentiel des "consomm’acteurs". Les compteurs évolués de type Linky pour l’électricité et Gazpar pour le gaz naturel sont parmi les premières briques des réseaux d’énergie du futur en France.

Faire jouer les complémentarités

Le déploiement des smart grids constitue une alternative au remplacement et au renforcement massif des réseaux, en faisant jouer la complémentarité, et à terme l’articulation, de l’ensemble des réseaux d’énergie (gaz, électricité, chaleur, froid). 

En particulier, les réseaux de gaz naturel se diversifient par rapport à leur fonction traditionnelle d’acheminement du gaz naturel jusqu’aux consommateurs finals. Ils peuvent apporter de la complémentarité au système électrique en participant à l’équilibre offre/demande par le pilotage de pompes à chaleur hybrides ou de dispositifs de micro-cogénération de production d’électricité décentralisée. Avec les technologies de power-to-gas, ils pourraient même faciliter l’insertion des énergies renouvelables intermittentes sur les réseaux d’électricité. 

La démarche SMART GRID de la CRE

La CRE accompagne l’évolution des réseaux d’énergie vers des réseaux intelligents et s’assure que leur déploiement se fait au bénéfice de la collectivité et dans le respect des solidarités territoriales.

Animer la communauté smart grids et informer les consommateurs

Depuis 2010, la CRE mène une démarche d’information et de partage d’expertise sur les réseaux intelligents :

  • elle a notamment créé le premier think tank institutionnel français sur les smart grids et organisé en janvier 2010 le premier colloque institutionnel sur le sujet ;
  • elle anime un site internet collaboratif dédié aux smart grids (www.smartgrids-cre.fr), outil de diffusion des travaux et expérimentations menés en France, et organise des forums trimestriels, rendez-vous d’information et de débat autour des thématiques liées aux réseaux intelligents ;
  • elle a publié, depuis 2010, plus de vingt-six dossiers sur des sujets comme les compteurs évolués, les véhicules électriques, le bâtiment intelligent, l’hydrogène, les réseaux intelligents en Allemagne, le stockage, la blockchain, etc. ;
  • elle a ouvert en 2012 une série de tables rondes régionales (Île-de-France, PACA, Bretagne, Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, zones insulaires) consacrées à la gouvernance des projets smart grids portés par les collectivités territoriales.

Suivre les retours d’expérience des démonstrateurs

Au fil des ans, le développement des smart grids a franchi des étapes. Si de nombreuses questions relatives aux enjeux techniques, sociétaux et économiques des réseaux du futur restent encore à l’ordre du jour, c’est sur le terrain, par des expérimentations concrètes, que sont à présent éprouvés la faisabilité technique et l’intérêt économique du développement des réseaux intelligents. 

Avec ces initiatives locales, émergent de nouvelles questions sur la régulation qui sera amenée à s’adapter au nouveau paysage énergétique français. Il est important pour la CRE d’anticiper ces possibles évolutions du cadre de régulation et de la gouvernance des réseaux d’énergie et de garantir l’alignement entre les objectifs européens et nationaux et les initiatives locales. D'où son suivi attentif des retours d’expériences des démonstrateurs smart grids.

Les recommandations de la CRE

Au terme d’une consultation publique fin 2013, la CRE a publié, dans ses délibérations successives du 12 juin 2014, 25 février 2015, 8 décembre 2016, 62 recommandations sur l’évolution des cadres juridique, technique et économique pour favoriser le développement des réseaux intelligents d'électricité et de gaz naturel. 

Consulter

La CRE a, dans le même temps, demandé aux gestionnaires de réseaux publics d’électricité et de gaz naturel desservant plus de 100 000 clients de lui remettre une feuille de route explicitant leurs actions en faveur du développement des smart grids. Ces feuilles de route sont annuellement mises à jour par les gestionnaires de réseaux concernés, à la demande de la CRE.

Consulter

La CRE a aussi introduit dans les cinquièmes tarifs d’utilisation des réseaux publics d’électricité (dits TURPE 5), applicables de 2017 à 2021, un dispositif spécifique afin de s’assurer que les gestionnaires de réseaux disposent des ressources nécessaires pour financer les coûts de recherche & développement et de déploiement des smart grids.